FANDOM


La Planète des Singes (Planet of the Apes - 1968 - USA) de Franklin J.Schaffner est une adaptation du roman éponyme de Pierre Boulle, écrivain français qui s'est permis quelques échappées SF.

Avant 1968, la SF au cinéma était encore l'apanage des séries B (petites productions). L'année de "2001, l'Odyssée de l'Espace", cette planète permit de prouver qu'on pouvait se faire du pognon avec une licence ! En effet, suite au succès de ce premier opus, quatre autres films et une petite série tv suivirent. Ces sont les maquillages (de John Chambers) et costumes des singes qui, semble-t-il, coûtèrent suffisamment cher pour vouloir les rentabiliser à tout prix. De fait, seuls ces effets spéciaux et le sympathique acteur Roddy Mc Dowall (toujours le gentil chimpanzé) sont le point commun de toutes ces productions.

Le film débute par le voyage (départ  : 1972) puis l'atterrissage d'un vaisseau spatial terrien sur une planète inconnue (en 3978 temps terrestre). Les 3 hommes survivants découvrent un monde dominé par trois espèces de singes : les orang-outangs (les vieux sages, possesseurs du savoir et gardiens de la loi), les gorilles (les guerriers) et les chimpanzés (les jeunes savants, avides de connaissances, curieux, limite progressistes). Dans cette société féodale, les hommes sont devenus les singes. Muets, ils servent d'esclaves et de cobayes. Très vite, il apparaît évident que les orang-outangs craignent les humains trop intelligents. Un des trois terriens est tué, l'autre lobotomisé. Seul le troisième, Taylor (Charlton Heston), survit grâce à la gentillesse d'un couple de savants, les Dr Zira (Kim Hunter) et Cornélius (Roddy Mc Dowall).

Taylor se lie d'amitié avec une humaine, muette mais pas trop bête, et bien évidemment belle : Nova (Linda Harrison). Alors que les savants veulent mettre en avant l'intelligence de Taylor, les orang-outangs veulent le lobotomiser, afin de supprimer le danger que celui-ci représente, mais qu'ils ne veulent pas expliquer. Non loin de la ville se trouve une "zone interdite". Taylor parvient à s'y enfuir. Là, il trouvera la terrible réponse à ses question.

Résistant aux outrages du temps, cet opus nous offre un sympathique film d'aventures. Schaffner y dépeint à travers le comportement des singes celui des humains de notre planète. Même si il n'y a pas encore de discours écologique, le racisme, l'obscurantisme et la méchanceté envers les animaux sont dénoncés. Les maquillages sont effectivement très réussis (Chambers reçu un oscar d'honneur) et rendent crédible cette incursion dans un monde simiesque tellement proche du notre. Et la séquence finale est entré depuis belles lurettes dans les images cultes du cinéma fantastique.

L'opus suivant, "Le Secret de la Planète des Singes" (Beneath the Planet of the Apes de Ted Post - 1970) est plus centré sur l'aventure, et le passé de la planète. Sans l'intérêt de nouveauté et l'aspect plus caricatural (dans le sens de dénoncer nos travers) du premier, il offre quand même de bons moments, que les trois films suivants n'offriront pas. Quand à la série, aussi gentille soit-elle, elle ne parvient guère à convaincre, par manque évident de moyens, ainsi que par des scénarios nécessairement répétitifs.

En 2001, le très surfait Burton, Tim commit un remake, à peine plus fidèle au roman de Boulle, que seuls les aficionados peuvent apprécier.

-- Vincent D. 17 avril 2010 à 21:26 (UTC)

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard