FANDOM


C'est en 1963 qu'Alfred Hitchcock s'amuse à concocter ces "Oiseaux" d'après une nouvelle de Daphné Du Maurier (dont il avait déjà adapté "La Taverne de la Jamaïque - Jamaïca Inn - en 1939 et "Rebecca" en 1940). Concentré sur sa série tv depuis "Psychose" (Psycho - 1961), Hitchcok revient au cinéma avec ce film lorgnant à nouveau vers le fantastique et l'épouvante.

Après avoir été lâché par Grace Kelly, Hitchcock retrouve une blonde à martyriser en Tippi Hedren. Elle y joue le rôle de Mélanie Daniels, jeune femme riche, qui rencontre un avocat (Mitch Brenner - Rod Taylor) dans une animalerie spécialisée dans les... oiseaux. Elle croise d'ailleurs Hitchcock qui en sort avec des chiens !

Mélanie va rejoindre Mitch à Bodega Bay, trou perdu où il passe ses week-end. Le ciel pourtant bleu va peu à peu s'assombrir de volatiles qui vont attaquer les humains et leurs animaux domestiques. Pour allez à Bodega Bay, il faut traverser un lac en canot. C'est sur ce véritable miroir que notre Alice subit la première attaque. La tension va monter au fur et à mesure du film, grâce à quelques séquences devenues cultissimes, dont la moindre n'est pas celle où Mélanie attend la fin de l'école assise sur un banc, devant des jeux construits en fer. On voit un oiseau ou deux s'y poser, puis la caméra se cale sur Mélanie. Soudain, elle remarque un oiseau en vol. Elle le suit du regard, pour le voir se poser au milieu d'une flopée d'oiseaux arrivés là subrepticement.

Tel le chat avec la souris, Hitchcock joue avec nos nerfs, reculant puis amplifiant les attaques d'oiseaux. Il nous prouve aussi combien il était un metteur en scène attentif à ses spectateurs. C'est bien sur Jean Douchet qui indique que mis à part une exception, il ne se passe rien dans les films hithcockiens que ne veuille bien le spectateur. Ainsi avons-nous droit, pour le confirmer, à cette scène dans le restaurant du village, où se sont réfugiés les habitants victimes des oiseaux : une vielle dame, ornithologue, regarde l'écran en face et dit (je cite de mémoire) : "C'est à cause de vous que les oiseaux attaquent !" En effet, si les spectateurs n'avaient pas eu envie de frissonner au spectacle de ce film, ces personnages seraient restés tranquilles. Cinématographiquement, l'ensemble de ce métrage est un plaisir constant. Qu'on soit cinéphile ou pas, chacun peut y trouver son compte. On peut y voir toutes les interprétations possibles. Le principal est d'y prendre son plaisir ! On peut par exemple voir ce qu'il faut subir pour parvenir à s'entendre avec sa belle-mère !

Le pire est que je vous ai déjà parlé de tout ça dans l'article consacré à Sir Alfred. Ça l'aurait bien fait... sourire !

Vincent D.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard