FANDOM


C'est en 1997 que le film "Stargate: la porte des étoiles" (Stargate - 1994) de Roland Emmerich est adapté à la télévision (co-production américano-canadienne) en une série qui en reprend le concept de base : une équipe formée majoritairement de militaires, accompagnée d'un archéologue-linguiste affrontent une virulente forme de vie extra-terrestre.

Dans la droite ligne de Star Trek, les protagonistes de "Stargate SG1" recherche la compréhension des civilisations extra-terrestres. Ils ont troqué l'Enterprise contre un gigantesque anneau (la "Porte des Etoiles") qui, une fois correctement branchée, permet de se rendre quasi instantanément n'importe où dans l'univers, pourvu qu'il y ait une autre porte pour les rematérialiser. Même si ils sont pourvus de l'équipement standard des soldats (j'avoue ignorer avec joie sa composition exacte) américains (même le savant va apprendre à tirer et tuer), ils tentent toujours de dialoguer avant d'user de leurs armes. Au fil des épisodes, cette série qui compte 10 saisons s'étoffera de nombreux seconds rôles épisodiques. Certains disparaissent sans être vraiment remplacés (le Docteur Janet Fraiser - Teryl Rothery), d'autres deviennent récurrents (Bra'tac - Tony Amendola, le Général Jacob Carter - Carmen Argenziano, pour ne citer qu'eux).

Si le premier épisode est timide, la série prend bien vite ses marques, surtout avec la menace des Goa'uld, de méchants parasites qui prennent place de force dans un hôte, généralement humanoïde. Bénéficiant d'une technologie très avancée, ils en profitent pour se faire passer pour des dieux auprès des populations qu'ils asservissent.

Venons en aux personnages principaux, ceux qui apparaissent au générique :

- le colonel Jack O'Neill (Richard Dean Anderson tout droit sorti de Mc Gyver) est un soldat comme aiment nous les présenter le cinéma hollywoodien ; bougon, rancunier, râleur, rétif à l'autorité (pour un militaire, j'vous jure !) courageux, pas nécessairement très futé question sciences, bon cœur, dôté d'un peu d'humour à froid, qui manque au reste de l'équipe ;

- le capitaine Samantha Carter (Amanda Tapping), jeune femme militaire, certes, froide et sérieuse, mais une véritable tête question technologie qu'à côté Einstein fait figure de fillette. Elle peut vous réparer à peu près tout avec n'importe quoi, un peu comme... Mc Gyver ! ;

- Daniel Jackson (Michael Shanks) linguiste, historien, archéologue, tombé dedans quand il était petit. Capable de comprendre un texte écrit dans une langue qui lui est inconnue. Il est le premier à avoir une aventure sentimentale ;

- Teal'c (Christopher Judge) semblable à un noir américain costaud, c'est en fait un Jaffa, non pas une marque de jus d'orange, mais des guerriers à la solde des Goa'uld. Les Jaffa servent aussi de porteur de larves Goa'uld. C'est dégueulasse mais c'est comme ça. Teal'c a renoncé à ses "faux dieux" pour intégrer SG1. Teal'c reste toujours d'humeur égale, peu prolixe en paroles, sauf pour quelques "en effet" (indeed) ou autres courtes remarques qui prennent de l'ampleur au milieu de son mutisme coutumier ;

- le général George Hammond (Don S. Davis) est le bon père compréhensif. Il gère la base SGC avec compréhension, voir bonté, même si il sait prendre des décisions avec fermeté. Il défend ses subordonnés avec force et conviction, principalement O'Neill.

Il faut aussi reparler du Docteur Janet Fraiser, qui pendant 7 saisons soigne tout ce qui est blessé, humains comme extra-terrestres. Un des rares personnages constant d'une série qui meurt.

On peut aussi évoquer l'étrange cas du technicien Siler (Dan Shea), qui au gré des saisons gère l'informatique commandant l'ouverture de la "Porte des Etoiles". Dan Shea est la doublure officielle de Richard Dean Anderson, ainsi que cascadeur sur toute la série.

Parmi les différents personnages qui gravitent autour de SG1, citons entre autre les Asgards, petits aliens (type Zone 51) gardiens de la paix spatiaux, qui sont perdus face aux réplicateurs (machines qui s'autoreproduisent en mangeant toute technologie avancée qui leur tombe sous les pinces) et demandent l'aide de SG1. Les Tok'ra, de gentils Goa'uld qui vivent en symbiose avec leurs hôtes (l'un d'eux se sacrifie pour Samantha Carter, tandis qu'un autre guérit son père le Général Jacob Carter). Les Anciens, qui ont bâti le réseaux des "Portes des Etoiles". Enfin, pour faire court, les Ori, nouveaux méchants de la saison 9, pour dire de renouveler un peu les Goa'uld et les Duplicateurs.

A l'issue de la 10ème et dernière saison, deux téléfilms concluent la série en 2008 : "Stargate : L'Arche de vérité", qui termine l'histoire du conflit avec les Ori, et "Stargate : Continuum", ayant pour thème le voyage temporel.

Série SF d'une impressionnante longévité, "Stargate SG1" a trois séries dérivées. Une seule a été diffusée partiellement en France : "Stargate Atlantis" (5 saisons à partir de 2004). Les deux autres sont "Stargate Infinity" (série animée - 2002) et "Stargate Universe" (2009).

Les chaînes françaises (M6 d'abord et NRJ12 actuellement en 2010) après la première diffusion, s'évertuent à mélanger les saisons. Même si peu d'épisodes sont à suivre, une certaine progression des personnages et leurs connaissances (amies comme ennemies) font que pour une première approche, il est préférable de les voir dans l'ordre.

Globalement, et vu le nombre d'épisodes (214 d'après wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Stargate_SG-1), cette série conserve tout du long un intérêt certain, renouvelant quand il en est besoin les personnages. Après "Star Trek Classique", elle peut donc être considérée comme l'une des meilleures séries de SF.

-- Vincent D. 6 avril 2010 à 22:45 (UTC)

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard